RESSOURCES ESSENTIELLES

Tu connaîtras la vérité et la vérité t’affranchira.!!!

6 juin, 2013

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET ENVIRONNEMENT DE LA RECHERCHE AU CAMEROUN

Classé dans : Non classé — etchoumkeu @ 1:54

 

ENSEIGNEMENTSUPÉRIEURETENVIRONNEMENTDELARECHERCHEAUCAMEROUN

*********

ParTCHOUMKEUEmmanuel [1]

Article réalisé en 2012 pour le compte de l’INASP

***************

I-OrganisationdelaRecherchescientifiqueettechniqueauniveaunational

 

      LeProjetdeperformancedesadministrations[2]   document  issudes  servicesduPremierministre,  définitlestâchesassignéesàchaqueministèredel’Etatcamerounais,leMinistèredelaRechercheScientifiqueetdel’Innovation(MINRESI[3])estresponsabledel’élaborationetdelamiseenœuvredelapolitiquederecherchescientifiqueetdel’innovation.

      Acetitre,ilestchargé:

ñ   Del’animation,delacoordinationdesactivitésderecherchescientifiquesurtoutel’étendueduterritoire, envuedelapromotiondudéveloppementéconomique,socialetculturel.

ñ  Delavalorisation,delavulgarisationetdel’exploitationdesrésultatsdelarecherche,enliaisonpermanente  avectouslesopérateursdessecteursdel’économienationaleetaveclesdépartementsministérielsetorganismesintéressés.

     

      Pour  accomplirsesmissions,leMINRESIdisposedehuitstructuresopérationnellesplacéessoussatutelle.Ils’agitde :

 

 InstitutDeRecherchesAgronomiquesPourLeDeveloppement  (I.R.A.D[4])

      Créépardécret96/05du12mars1996,puisréorganiséparledécret2002/23du6septembre2002,l’Institutderechercheagronomiquepourledéveloppementapourmandat[5] depromouvoirledéveloppementagricole,danslesdomainesdelaproductionvégétale,animale,halieutique,forestière,environnementale,ainsiquedestechnologiesalimentairesetagro-industrielles,lIRADestaucentredelarévolutioncréatrice,moteurdelaluttecontrelapauvretéauCameroun.

      En1986,larechercheagricolecamerounaisefaitfaceàunecriseprofonde.Unplanderestructurationcaractériséparunallègementdudispositifinfrastructureletdupersonnel;unerégionalisationdelarechercheestmisenplaceparlEtat.Cettenouvellepolitiqueapermisdaboutiràlacréationen1996delInstitutde RechercheAgricolepourledéveloppement(IRAD)suiteàlafusiondelIRADetdelIRZV;avecpourmandat :
Mettreenœuvreuneprogrammationscientifiqueautourdesaxesprioritairespourledéveloppementdupays,àpartirdesbesoinsréelsdesutilisateurstantsurleplanrégionalquenational;
Développerdestechnologiesagroalimentairesetagroindustrielles;
Constituerdescollectionsdeconservationetderecherche ;

ñ  CettenouvelleorientationvapermettreàlInstitutdedéfinirlesprogrammesprioritairesselonlesbesoinspressantsdespopulations,danslebutdelaréappropriationdelarechercheauprofitdespopulationscamerounaises.


Institut
NationalDeCathographie(INC[6]). 

      CrééparDécret92/049du24Mars92,lInstitutNationaldeCartographie(INC)estunétablissementde5eCatégoriesàcaractèreadministratif,dotédelapersonnalitéjuridiqueetdelautonomiefinancière.  SouslatutelleduMinistèreChargédelaRechercheScientifiqueetdelInnovation,l’.InstitutNationaldeCartographieàpourmission[7]:

 lexécutiondestravauxrelatifàlaCartographie,(géodésie,photogrammétrie,topographie,rédactioncartographiqueetc.)etàlatélédétection;maissurtoutlétablissementdelacartedebaseduCameroun,diteCartedETATMAJOR.Celle-ciestaujourdhuiàléchellede1/200000etcomprend44coupurespourlensembledupays.Nousprojectionsderamenercettecouvertureà1/50000,soit653coupuresdont233seulementsontréaliséesàcejour.

 Ladélimitationdesfrontièresinternationalesetdesunitésadministratives.

 Ladeuxièmemissionconcernelarecherchegéographique.Pourcefaire,lInstitut:

 Coordonnelarecherchegéographiquesurlensembleduterritoire;

ñParticipeàlélaborationdelapolitiquegouvernementaleenmatièredenvironnement;enmêmetempsquilestchargédelétudeetdelacartographiedesrisquenaturels;

 

 AgenceNationaleDeRadioprotection(ANRP[8])

      L’Agencenationalederadioprotection(ANRP)estunétablissementpublicadministratifquiapourobjectifd’assurerlaprotectiondespersonnes,desbiensetdel’environnementcontreleseffetsdesrayonnementsionisants.Ilaétécréepardécretprésidentile2002/250du31octobre2002.  L’ANRP  appliquelesmesuresderadioprotectionafindeprotégerlestravailleurssousrayonnementsionisantsetlapopulationcontreleseffetsnéfastesdecesradiations.Acetitre,elleassurelesuividosimétriquedestravailleurssousrayonnementsionisantsetlecontrôledesdenréesalimentaires.Lecontrôleradiologiquedesdenréesalimentaireconcerne :

 lesproduitsalimentairesissusdelaproductionagricolenationale

  lesproduitsforestiersnonligneux

  lesproduitsalimentairesimportés

  leseauxdeconsommationdistribuéesdanslesgrandesagglomérationsurbaines.

      Letauxderadioactivitédanslesproduitsdoitêtreconformeauxnormesdel’OMS.

 

 

InstitutDeRecherchesGeologiquesEtMinieres(I.R.G.M[9].)

      CréépardécretN°79/495du04décembre1979,l’Institutde Recherches Géologiqueset Minièresapourmissiond’élaborerdesprogrammesetderéaliserdesrecherchesenvued’unemeilleuremaîtrisedesdonnéesgéologiques,hydrologiques,énergétiquesetminièresdupays.        LInstitutdeRecherchesGéologiquesetMinières(IRGM[10])estunétablissementpublicàcaractèrescientifique. 

      Samission[11]tellequedéfinieàlorigineconsisteenlaconceptionetlexécutiondesprogrammesderechercheenvuedassurerlamaîtrisedesdonnéesgéographiques,minières,hydrologiqueseténergétiqueduCameroun.
Dans
lecadredecettemissionetdanssesdomainesdactivitésspécifiques(Géologie,Géophysique,hydrologieeténergie),lIRGMestchargé:

-Durecueil,delanalyseetdelinterprétationdesdonnéesenvuedel´évaluationdesressourcesnaturellesdupaysetdeleurvalorisationéconomique;

-Delélaborationdesbasesdedonnéesdevantservirà:

ñlavalorisationminérale,hydrologiqueeténergique;

ñlaménagementduterritoirenational;

ñlagestionetlaprotectione de lenvironnement;

ñlaprévisiondesrisquesnaturels(lacsàrisque,tremblements  deterre,volcanologie,inondation,sécheresse)

      LIRGMestactuellementencoursderestructuration.LorientationfuturedesesactivitésvatendreversuneintégrationprogressiveauseindesGrandsProjetsNationauxdeRechercheàVocationtrans-sectoriele  ettransdisciplinaire,   associantdesopérateurséconomiquespublicsetprivéset/ouavecdespartenairesscientifiquesnationauxetinternationaux.

 

LinstitutDeRecherchesMedicalesEtDetudesdesPlantesMedicinales(I.M.P.M[12])

      Créépardécret79/495du04décembre1979,l’Institutde RecherchesMédicinalesetd’EtudesdesPlantesMédicinales(IMPM)apourmissiond’élaboreretd’exécuterlesprogrammesderecherchedanslesdisciplesmédicinaux,envuedelaméliorationdesconditions desantéparunemeilleureconnaissancedesaspectspathologiques,épidémiologiques,thérapeutiquespréventifsetnutritionnelsdespopulations.TellessontlesprincipalesmissionsassignéesàlIMPM.

      LInstitutdeRecherchesMédicaleetdEtudesdesPlantesMédicinales(IMPM)estun établissementPublicàcaractèrescientifiqueettechnique.Ilestdotédelapersonnalitéjuridique,delautonomiefinancière,dontlastructureestcomposéede:

          LadivisiondelaRechercheetdelaValorisation;

          laDivisionAdministrativeetFinancière;

          LesCentresdeRecherchequesont:

          LeCentredeRechercheMédicales(CRM);

          LeCentredeRechercheenAlimentationsetNutrition(CRAN);

          LeCentredeRechercheenPlantesMédicinalesetMédecineTraditionnelle       (CRPM)

 

LeCentreDeRecherchesMédicales

      LeCentredeRechercheMédicaleestchargédelamiseaupointdesméthodesappropriéespourlaméliorationdesconditionsdesanté,notamment:LecentredeRechercheMédicalecomprend:

       - lelaboratoiredesexplorationsfonctionnelles;

       - lelaboratoiredanatomieetdecytologiquepathologique;

      – lelaboratoiredebiologiehumaine;

        – lelaboratoirederecherchesurlabilharzioseetlesmaladiesparasitaires;

        – lelaboratoiredendocrinologieetderadioéléments;

        – lastationdemédecinetropicale de Kumba(DanslarégionduSudOuest).

 

LeCentreDeRecherchesEnPlantesMédicinalesEtMédicineTraditionnelle

      Cecentreestchargé de lexécutiondesprogrammes  desrecherchesdevantaboutiràunemeilleure  connaissancedepharmacopéeetdelamédecinetraditionnelleCamerounaise,envuedelamiseauprèsdesmédicamentsetdesthérapeutiquesappropriéesutilisantautantquepossibleslessubstancesnaturelleslocales.Lecentrecomprend:

         Lelaboratoiredepharmacologie;

          Lelaboratoiredetechnologiepharmaceutique.

 

 

LaMissiondePromotiondesMatériauxLocaux(MIPROMALO[13])

     La  MissiondePromotiondesMatériauxLocaux(MIPROMALO)aétécrééepardécretN°90/1353du18septembre1990avecpourmissiondevaloriserl’emploidesmatériauxfabriquéslocalementenvuederéduirelescoûtsdesréalisationsdeséquipementsnationaux.

 

CentreNationalDeducation  (C.N.E[14])

      Issudelatransformationl’InstitutNationald’Education(INE)en1976,leCentre  Nationald’Education(CNE)apourvocationderépondreauxbesoinsdel’améliorationpermanentedusystèmeéducatifcamerounais.Ilseveutunoutilstratégiquederéflexionprospective,derechercheetdecoordinationdespolitiqueséducationnellesdupays.

 

ComiteNationalDeDeveloppementDesTechnologies(CNDT[15]) 

      LeComitéNationaldeDéveloppementdesTechnologiesestunorganismedecoordination,deréflexionetdinformationenmatièredetransfertetdedéveloppementdestechnologies.

      LeCNDTaétécréele1erAvril1978pardécretprésidentiel78/109modifiéetcomplétéparledécret82/126du18Mars1982.Sonmandatsarticuleautourde5missionsprincipales:

 Lacollecte,letraitementetladiffusiondeladocumentationetdesinformationstantsurlamiseaupointquesurlesprocédésdutilisationdestechnologies;

 Létudedesmodalitésdacquisitionetdadaptationdestechnologies;

 Linventaireet  la promotiondestechnologieslocales;

 Lechoixdestechnologiesétrangèressusceptiblesdecontribuerefficacementaudéveloppementsocio-économiqueduCameroun;

 L´organisationdesséminairesetconférencesintéressantledéveloppementtechnologique.

      A  cesinstituts,ilfautajouter :

 l’Académiedessciences[16],

 l’IPSIT(InstitutParis-SuddInnovationThérapeutique)

      Ilfautégalementyajouterlesorganismesderecherchepartenairesquesont :

 laSIL (SociétéInternationaledelaLinguistique)

 leCARBAB (Centreafricainderechercheenbananiersetplantains);

 l’IITA[17] :( International Institute of Tropical Agriculture) (Cameroon)

 l’ICRAF[18] ( International Centre for Research in Agroforestry)

      Le siège de l’ICRAF  est basé au Kenya. Il a une grande connaissance des  outils destinés aux  systèmes agroforestiers, en particulier en Afrique. Il possède des bases de données étendues sur les arbres, ainsi que des bases de données géo-informatiques sur les données biophysiques et socio-économiques relatives aux paysages agricoles et naturels.

 

      L’AVRDC[19]

        L’AVRDCestlecentremondialchargédesfruitsetlégumes.C’estuninstitutinternationalderechercheetdedéveloppementengagédanslaluttecontrelapauvretéetlamalnutritiondanslespaysenvoiededéveloppementparl’accroissementdelaproductionalimentaireetlapromotiondesfruitsetlégumes..

 

II- Politiquenationaledelarecherchescientifiqueettechnique

      Le« Projetdeperformancedesadministrations[20] »signalequelasituationdansledomainedelarechercheetinnovationsecaractériseparlescontraintessuivantes :

l’absencedesprocédurescohérentesd’animation,desuivi-évaluationdesactivités  derechercheauniveaunational ;

ñ  lafaiblesynergied’actionentrelesinstitutsderecherche,lesministèressectorielsetlesopérateurséconomiques ;

ñ  l’interruptiondecertainsprojetsderecherchedufaitdelafaiblesseoudel’indisponibilitédesressourcesfinancières ;

ñ  l’insuffisanceetl’obsolescencedesinfrastructuresetéquipementsscientifiques ;

ñ  l’insuffisanced’unemassecritiquedepersonnelsscientifiques(chercheursconfirmés,ingénieurs,techniciensderecherche)danscertainsdomainespermettantl’émergenced’unsystèmelocalefficacederecherche-développement.

      Pourrelevercesdéfisfondamentauxactuels,lastratégiemiseenœuvreenvue  d’atteindrelesobjectifsretenusestarticuléeautourdequatreaxes(programmes)d’interventionquiconstituentdesdomainesdeconcentrationdesactivitésàréaliser.Cesaxesd’interventionportentsur :lerenforcementdelarechercheet le développementagricole ;lerenforcementdelarechercheetledéveloppementtechnologique,géologiqueetminier ;lerenforcementdelarechercheet le développementsocial ;l’appuiàlapolitiquedusous-secteur.

      Danslecadredurenforcementdelarechercheet du développementagricole,ils’agirad’unepartdemenerdesactivitésderecherchepouraméliorerlesrendementsagricoles.,etd’autrepart,defaireconnaîtreetmettreàladispositiondespotentielsutilisateurs desrésultatsobtenus.

      Danslecadredurenforcementet du développementtechnologique,géologiqueetminier,ils’agirad’unepartdemenerlesactivitésderechercheenvued’accroîtrelesperformancesdelarecherchegéologique,minière,cartographique  etrenforcerledéveloppementdestechnologies ;etd’autrepart,defaireconnaîtreetmettreàladispositiondespotentielsutilisateurslesrésultatsobtenus.

      Encequiconcernelerenforcementdelarecherchedéveloppementsocial,ils’agirad’unepartdemenerdesactivitésenvuederenforcerlarechercheensantéhumaine,scienceshumainesetsociales,etdévelopperlasurveillancedesapplicationsàcaractèreindustrieletlaprotectiondel’environnement,etd’autrepart,defaireconnaîtreetmettreàladispositiondespotentielsutilisateurslesrésultatsobtenus.

      Enfin,ausujetdel’appuiàlapolitiquedusous-secteur,ils’agirademaximiserlemanagementdesressourcesauMINRESI,derenforcerlacoopérationetintégrerladiasporascientifiqueettechnique.

 Cartographie de la recherche universitaire auCameroun

      PAPESAC[21](PoledAppuiàlEnseignementsupérieurenAfriquecentrale)apumettre  enplacedesoutilsnumériquesdelaCartographiedelaRechercheenAfrique.EnmettantenligneunAnnuairedeschercheurs[22]  etunAnnuairedeslaboratoires[23]enAfriquecentrale,PAPESACoffreauxchercheursunevisibilitéoriginaleetparticulièredelarechercheenAfriqueCentraleengénéraletauCamerounenparticulier.« CesannuairesconstituentunoutilpermettantdedonneràlarechercheenAfriquecentraleuneplusgrandevisibilité,etégalementdedresserunecartographiedelarecherche,outild’aideàl’élaborationdespolitiquesnationalesetrégionalesdestructurationetd’appuiàlarecherche. »

      Cependant,labasededonnéesPAPESACétantencoursdecollecteetdeconsolidation,certainesinformationssontincomplètesounesontplusàjour[24].

 

 III  -Etenduedusecteuractifdelarecherche

 

      NotrerecherchesurcepointneconcernequelUniversitédeNgaoundéré.Letempsetimpartipourcetravailetlesmoyensmisànotredispositionnontpaspermisdétendrenotreétudesurtouteslesautresuniversitéscamerounaises.L’UniversitédeNgaoundéréestcomposéedesétablissementssuivants :

 

  1. EcoleNationaleSupérieuredesSciencesAgro-Industrielles(ENSAI)

Centresdintérêt :Chimieappliquée,géniedesprocédés,géniemécanique,génieélectroniqueetautomatique,mathsinfo,sciencesalimentairesetnutrition.

  1. EcoledesSciencesetMédecineVétérinaire(ESMV)

Centresdintérêt :physiologiedelaproduction,anatomie,histologie,embryologie,microbiologie,pathologieinfectieuse,  parasitologieetpathologieparasitaire,physiologieetbiologiedesanimauxdomestiques,pharmacologie,pharmacieettoxicologie,génétiqueetbio-statistique,productionanimale.

  1. FacultédesArts,LettresetSciencesHumaines(FALSH) 

Centresdintérêt :anglais,français,géographie,histoire,languesetcivilisationsarabes,sociologie,anthropologie.

  1. FacultédesSciences(FS)

Centresdintérêt :Sciencesbiologiques,sciencesdelaterre,mathsinformatique,physique,chimie,sciencesbiomédicales.

  1. FacultédesSciencesJuridiquesetPolitiques(FSJP)

Centresdintérêt :Droitprivé,droitpublicetsciencepolitique,théoriedudroit.

  1. FacultédesScienceEconomiquesetdelaGestion(FSEG)

Centresdintérêt :Marketing,comptabilitéetfinance,management,stratégie,prospective,scienceséconomiques,économiemonétaireetbancaire,sciences,techniques,gestion,management.

  1. InstitutUniversitairedeTechnologie(IUT)

Centresdintérêt :Génieinformatique,géniechimique,géniemécanique,géniealimentaireetcontrôlequalité,génieélectrique,génieénergétique,enseignementsscientifiquesdebases,enseignementsgénéraux

  1. EcoledeGéologieetdExploitationMinière(EGEM).

Centresdintérêt :Energétique,mécanique,géniecivil,mathsinfoappliquées,minesetgéologie,minesmétallurgieetenvironnement.

 

AuprèsdesservicesdelaDAAC[25]delUniversitédeNgaoundéré,nousavonsobtenulesinformationsci-dessousconcernantladistributiondesenseignantsdelUniversitépargrade,parsexeetparétablissement.

 

GRADE

Professeurs

Maîtresdeconférences

 

Chargésdecours

Assistants

TOTAL

Sexe

M

F

T

M

F

T

M

F

T

M

F

T

M

F

T

ENSAI

04

00

04

09

00

09

08

04

12

16

05

21

37

10

47

ESMV

01

00

01

00

00

00

04

00

04

07

01

08

12

01

13

FALSH

02

00

02

05

00

05

18

01

19

31

15

46

56

16

72

FS

03

00

03

12

01

13

26

02

28

31

12

43

72

15

87

FSJP

01

00

01

03

00

03

18

02

20

22

11

33

44

13

57

FSEG

01

00

01

02

00

02

15

00

15

21

09

30

39

09

48

IUT

01

00

01

02

00

02

09

01

10

21

05

26

32

06

38

EGEM

01

00

00

00

00

00

00

00

00

11

01

12

12

01

13

TOTAL

14

00

13

33

01

34

98

10

108

460

59

219

304

71

375

 

 

 IV-ConsortiumofCameroonUniversityandResearchLibraries(COCUREL[26])

      COCURELestuneorganisationindépendantelégalementenregistrée.  Ilregroupelesbibliothèquesd’universitésetdinstitutionsderecherche.  LesmissionsdeCOCURELsontlessuivantes :miseàladispositiondes  licencespourl’accèsauxcontenusélectroniques ;lapromotiondesbibliothèques ; ;l’éducationetlaformationdupersonneldesbibliothèques.Lesressourcespayantesenlignesont  accessiblesgratuitementauxbibliothèquesmembresdeCOCURELparl’intermédiaireduprogrammeEIFL-Licensing[27]

      Lesbibliothèquesuniversitaires  membresdeCOCURELsontlessuivantes :Membresfondateurs :

  UniversitédeYaoundéI(Université d’Etat)

  UniversitédeYaoundéII(Université d’Etat)

  UniversitédeDschang(Université dEtat)

  UniversitédeBuéa(Université d’Etat)

  UniversitédeNgaoundéré(Université dEtat)

  UniversitédeDouala(Université d’Etat)

Autresmembres

  UniversitédeMaroua(Université d’Etat)

  EcoleNationaled’AdministrationetdeMagistrature

  Universitécatholiquedel’Afriquecentrale(Université privée ;  située   àYaoundé)

  Universitéprotestantedel’Afriquecentrale(Université privée ;situéeàBanganté)

 

 V-AcadémiedessciencesduCameroun[28]

      L’Académiedessciencesaétéfondéeen1990.  Elleaétécrééeenvued’encouragerlaprogressiondelascienceetdelatechnologiepourledéveloppementéconomique,socialetculturelduCameroun.Enconséquence,sesobjectifsspécifiquesincluent :

      Lapromotiondelarecherchescientifiqueettechniqueauniveauleplusélevé.Donner  sonavisauniveaunationaletinternationalsurtouteslesquestionsrelativesàlaprisede s décisions  surdesquestions  enrapportaveclessciencesetlatechnologie.

      Lesmembresdel’Académiecamerounaisedessciencesproviennent,sansdiscriminationdeplusieursspécialitésscientifiques  ettechniques,principalement  dessciencesbiologiques,dessciencessociales,mathématiquesetphysiques.

      Lesprincipalesactivitésdel’Académiecamerounaisedessciencessontlessuivantes :

      -Organisationdesconférencesetséminaires

      -Enseignementssurdessujetsd’intérêtscientifique 

      -Primeretencouragerlesjeunessavantsetjeuneschercheurs

      -Publicationdujournaldel’Académie

      -Monterdesprojetsderechercheaveclesinstitutionspartenaires

-        Accorderdesboursesd’études  pourencourager  et  motiverlesétudiantsengagésdanslesfilièresscientifiques

      Le  Professeur rSamuelDomngangestle  Presidentdel’Académiecamerounaisedessciences.Lesvice-présidentssont  le  ProfesseurSammyB.Chumbow et  leProfesseur  PeterM.Ndumbe. .LeDrDavidA.MBahestle« contectperson »  del’académie.

 VIConseil  nationaldelarecherche[29] 

      Larechercheoccupeunebonneplacedanslespréoccupationsofficielles.  Durantles  premièresannéesdelindépendance,cestlenseignementsupérieurquibénéficiait  despremiersinvestissementsnationauxdestinésàlarecherche.      Lesannées1960auront  surtoutétécellesdelexpansiondelenseignementetdelaformationsupérieurs,avecnotammentlacréationdelEcoleNationaledAgronomie,delaFacultédesSciences,delaFacultédesLettresetSciencesHumaines,delaFacultédeDroitetdesSciencesEconomiquesdelUniversitédeYaoundéen1961,suiviedeuxdécenniesplustard,en1982,delEcoleNationaleSupérieuredesSciencesagro-industriellesàNgaoundéré(ENSIAAC).  L’ENSIAAC deviendra ENSAI (Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agro-A limentaire)  en 1993.

      Le  processusdinstitutionnalisation de la recherche sestpoursuiviàunrythmerégulieraveclescréationssuivantes:

ñ      1965:créationdelOfficeNationaldelaRechercheScientifiqueetTechnique(ONAREST),quinaétémisenœuvreréellementquen1974;

ñ      1969:CréationdelaDirectiondesressourcesHumainesetdelaRechercheScientifiqueévolueenunSecrétariatPermanentdelaRechercheScientifiqueetTechnique;

ñ  1974:CréationduConseildelEnseignementSupérieuretdelaRechercheScientifiqueetTechnique.CetorganismeauraàassurerlorientationdelapolitiqueduGouvernementenmatièredlEnseignementsupérieuretdelaRechercheScientifique.

VII-AssociationdesBibliothécairesArchivistesDocumentalistesetMuséologuesduCameroun(ABADCAM[30])

     L’ABADCAMaétécréée  en1973etaétéinactivependantplusieursannées.Unenouvelle  équipedeprofessionnelsdynamiquesaentreprisrécemmentderelancerlesactivitésdecetteassociationenvuedel’aideràremplirlesmissionsquiluisontassignéesdanslasociétécamerounaise.Encequiconcerneles  missionsdel’ABADCAM,son  Planstratégique20112013   adoptéen   Avril2011  signalequeLABADCAMest   unecommunautédepersonnesquisedonnepourmissionde  développeretrendredesservicesàsesmembresenrelationavecleurspratiquesprofessionnellesdanslesmétiersdelabibliothéconomie,larchivistiqueetlamuséographieetdesimpliquerdanslagestiondesrapportsentrelassociation,lescommunautésetlespartenairesstratégiques.Seloncettesource,LABADCAMsinvestiraàrassemblertouslesprofessionnelsdessciencesettechniquesdelinformation,déterminésàconstruireuneassociationleader,forteetdurable,orientéeversunevéritablesociétédel’information,gagedudéveloppementduCamerounetdelasousrégion.Léquipemiseenplace pour conduire l’ABADCAM dans cettedynamique  est  estconstituéede:

AlimGarga[31],Président

RosemaryShafack[32],Vice-présidente

 VIII-EcoledeBibliothéthéconomieetdessciencesdel’information

     AuCameroun,ilexisteuneécoleappelée  École  SupérieureDesSciencesEtTechniquesDeLinformationEtDeLaCommunication(ESSTIC[33]).  LafondationdelESSTICremonteà1970.      Eneffet,cestle17avril1970quefutcrééelÉcolesupérieureinternationaledejournalismedeYaoundé(ESIJY),écolemultinationaleplacéesouslatutelledunedizainedÉtatsafricains.En1982,lESIJYestnationaliséeetdevientlÉcolesupérieuredessciencesettechniquesdelinformation(ESSTI).

      Aveclouvertureauxdiversmétiersdelacommunication,lESSTIprend,en1991,ladénominationdÉcole Supérieuredes Scienceset Techniquesdel’Informationetdela Communication(ESSTIC).

      Lorsdelaréformeuniversitairede1993,lESSTICestintégréeàluniversitédeYaoundéII,dontelleestlundescinqétablissements.

      En2004souvre,pourlapremièrefois,uneunitédeformationdoctoraledestinéeàpromouvoirlarechercheetlaformationdesformateurs.

      LESSTICapouractivitésprincipales:

-laformationprofessionnelledanslesmétiersdelinformationetdelacommunication;

-larechercheetlaformationàlarecherchedansledomainedessciencesdelinformationetdelacommunication;

-lerecyclageetleperfectionnementdespersonnelsdelinformationetdelacommunication;

 

      L’École  SupérieureDesSciencesEtTechniquesDeLinformationEtDeLaCommunication  (ESSTIC)offredesformationsdiplômantesauniveaudelalicence,delamaîtrise/master,etdudoctorat.Enfonctionducursusparcourupendantleurformation,lesétudiantsdel’ESSTICseretrouvent  àlasortierépartisdanslesspécialitéssuivantes :

 LICENCE:

    LicenceenInformation-communication ;Licence  professionnelle enjournalismeLicence  professionnelleeninformationdocumentaire ;  Licence  professionnelle  enéditionLicence  professionnelleenrelationspubliques ;Licence  professionnelleenpublicité ;Licenceprofessionnelleenjournalisme;Licenceprofessionnelleeninformationdocumentaire ;Licenceprofessionnelleenédition ;Licenceprofessionnelleenrelationspubliques

MAÎTRISE:

    MaîtriseenInformation-communicationMaîtriseprofessionnelleenjournalismeMaîtriseprofessionnelleeninformationdocumentaireMaîtriseprofessionnelleenéditionMaîtriseprofessionnelleenrelationspubliquesMaîtriseprofessionnelleenpublicité    Maîtriseprofessionnelleenjournalisme ;Maîtriseprofessionnelleeninformationdocumentaire ;  Maîtriseprofessionnelleenédition ;Maîtriseprofessionnelleenrelationspubliques ;Maîtriseprofessionnelleenpublicité

 MASTER:

    MasterenInformation-communicationMasterensciencesdelinformationetdelacommunicationMasterprofessionnelleeninformationdocumentaire(télé-enseignement) ;Masterensciencesdelinformationetdelacommunication

 DOCTORAT:

    DoctoratenInformation-communication ;Doctoratensciencesdelinformationetdelacommunication ;Doctoraten  Journalisme ;Doctoraten  Relationspubliques ;Doctoratenpublicité ;DoctoratenÉdition.

      Ilconvientcependantde  noterquel’École  SupérieureDesSciencesEtTechniquesDeLinformationEtDeLaCommunication  (ESSTIC)n’offrepasuneformationspécialiséedansledomainedelaBibliothéconomie.Jusqu’àcettedate,lescamerounaisqui  ontétéformésdanscedomaineontreçuleurformationdanslesécolesfrançaises,canadiennesouàl’EBAD(EcoledesBibliothécairesArchivistesetDocumentalistes)del’UniversitéCheikhAntaDiopdeDakarauSénégal.

      L’EBAD[34]accueilledesélèvesprovenantdeplusdedix-huitpaysafricainsfrancophones,pourlesformerauxtechniquesmodernesdesbibliothèques.

      L’enseignementdelabibliothéconomieexiste,dansunecertainemesure,pourlespaysafricainsdelangueanglaise,mais,jusqu’àprésent,pourl’Afriquefrancophoneiln’yavaitrien.LeCentredeDakarpourradoncjouerunrôledécisifdansledéveloppementdebibliothèquessusceptiblesdecontribuerefficacementàl’essordel’éducationainsiqu’auprogrèssocialetéconomiquedelarégion.


IX-LeRéseauinteruniversitaireduCameroun(RIC)

      LeréseauinteruniversitaireduCamerounestconstituéde :8universitésdEtat ;2universitésprivées;  Unevingtainedinstitutsprivés  denseignementsupérieur(IPES) ;  Prèsde  120000étudiantsen2006;Prèsde4000  enseignants  égalementen2006.

      LeRéseauInteruniversitaireduCameroun(RIC)  reliait  parsatellitelessix(06)universités  dÉtat(situéesàBuea,Douala,Dschang,

Ngaoundéré,YaoundéetSoa)etlUniversité   CatholiquedAfriqueCentralesituéeàYaoundéen2006.LacouverturedetouteslesuniversitésduCamerounpaleRICdevaitêtreeffectiveàpartirdel’année2007.  Il  offrelaccèsàl’Internet, à latéléphoniesurIP,  etlespossibilitésdetéléconférence.Labande  passanteglobaleestde15Mb

LeRICestmisenplaceaveclesoutiendelacoopérationfrançaiseetdelabanquemondiale.

 .OBJECTIF

 Accroîtreloffredeformationsupérieureenqualitéetenquantité,parlamiseenplacedanschacunedesUniversitéscamerounaisesdesinfrastructuresdestechnologieséducatives,ainsiquunréseaudescommunicationsInteruniversitaire.

 METHODOLOGIE

 Pouratteindrel’objectifindiquécidessus,lastratégiemiseenplaceparleslesconcepteursduRICpassepartroisniveauxderéalisation,àsavoir:

      -Élaborationdeschémadirecteur  dinformatisation

      -MiseenplacedanschaqueUniversitédesinfrastructuresdestechnologies

éducatives

      -Réalisationdunréseaudetélé-communicationsInteruniversitaire.

1.Solutionproposée

 

      LinterconnexionduRICreposesurleréseauàfibresoptiquesdenseetunedorsalemailléedegrandecapacité(plusieurscentainesdeMégabits/setbientôtplusieursdizainesdegigabits/s),desservantaussibienlesabonnésrésidentiels,lesprofessionnels

 quelaquasi-totalitédesfournisseursdaccèsInternetdelaplace;

 

      LesartèresfibreoptiquequivontdesservirlesdifférentssitesduréseauserontconnectéesaunuageIP/MPLSdeCAMTELpourunmeilleurroutagedutraficetunemaintenancesuperviséedesliaisons;

Laphase1delamiseenplaceduRIC

      CettephaseestmiseenœuvreparlopérateurnationaldetélécommunicationCAMTEL,elleconcernetroisinstitutions  universitaires(UniversitédeYaoundéI,UniversitédeYaoundé  IIetlUniversitédeDouala),  leMinistèredelEnseignement

 SupérieuretlInstitutdelaGouvernanceNumériqueUniversitaire(IGNU).Lesautresinstitutionsuniversitairesintégrerontleréseauaufuretàmesuredelamiseenplacedubackbonenationaleenfibreoptique.

RéseaucampusdeYaoundeI

      -LeréseaucampusdeluniversitédeYaoundéIcomprendprèsdesix  (06)Kilomètresdefibresoptiques.

 -UneplateformebaséesurlelogicielDVIEWassurelaideàlagestionduréseaucampusassistéeparordinateur.

   -UnprogrammedeWorkStudyrecourtauxétudiantspourrenforcerlescapacitésdadministrationduréseaucampus.

 

ConnectivitédesdesuniversitésCamerounaisesen2006

 

Universités

Etatduréseau

Site

UniversitédeBuea

RéseaucampusetaccèsInternetopérationnels

 

 

http://ubuea.net/

Publications:http://ubuea.net/index.php?option=com_content&view=section&id=173&itemid=37

UniversitédeDouala

 

RéseaucampusetaccèsInternet

opérationnelsavecunfaibledébit

 

 

 

 

http://univ-douala.com/

UniversitédeDschang

 

RéseaucampusetaccèsInternet

 partiellementopérationnels

 

 

UniversitédeNgaoundéré

 

RéseaucampusetaccèsInternet

partiellementopérationnels

 

 

UniversitédeYaoundéI

 

RéseaucampusetaccèsInternetopérationnelsavecunfaibledébit

 

 

 

http://www.uy1uninet.cm/

UniversitédeYaoundéII

 

RéseaucampusetaccèsInternet

 partiellementopérationnels

 

 

http://www.universite-yde2.org/

Universitécatholique

 

RéseaucampusetaccèsInternet

 dAfriqueCentralepartiellementopérationnels

 

FacultédeMédecineetdesSciencesPharmaceutiques 

 

http://www.fmsp-ud.com/

 

      LeMinistèredelEnseignementSupérieuràmissurpiedunprojetstructurant,leprojetdinterconnexiondesUniversitésduCameroun  ilcomprendlestroismodulesci-après:

      Lamiseenplacedesréseauxlocauxdanslesuniversités;

      Lamiseenplacedunréseaudetélécommunication Interuniversitaire(RIC)permettantdetransporterlesdonnées,lavoix,leson,limage…;

 LaconnexiondetouteslesUniversitésàlInternet.


RépartitiondesadressesInternetpourlamiseenœuvredelinterconnexiondes  universités

 

      DesadressesIPv4 ontétéallouées  par  lAFRINIC[35]àIGNU[36].L’InstitutdelaGouvernanceNumériqueadistribuécesadressesIPauxmembresdesonréseauenfonctiondeleursbesoinspotentiels  etselonletableauci-dessous : 

 :

             Etablissements                                                         Quantités


ñ  Reservepourlextensionfuture                            4086  IPv4

ñ  UniversitédeYaoundé1                                       2048  IPv4

ñ  UniversitédeDouala                                             2048   IPv4

ñ  UniversitédeYaoundé                                            21024  IPv4

ñ  UniversitédeDschang                                           1024      IPv4

ñ  UniversitédeBuea                                                 1024      IPv4

ñ  UniversitédeNgaoundéré                                    1024      IPv4

ñ  UniversitédeMaroua                                            1024     IPv4

ñ  Universitésprivées(etIPES)                                1024      IPv4

ñ  MINESUP                                                                1024     IPv4

ñ  InstitutdelaGouvernanceNumérique                 1024     IPv4

ñ   Universitaire(IGNU)

ñ  Total                                                                            16384  IPv4

LeRICcommeunestructuredemutualisation  desressouces

      LamiseenplaceduRICpermetd’envisagerquelquesélémentsindispensablesàsavoir:

      -Lacréationd’un  fondsdappuiàlarechercheetàlaprofessionnalisationestenvisagéepour  coordonnerlefinancementdelarechercheuniversitaire

-        LeGlobaldistancelearningnetworkpermettralenseignementàdistance

      -  LeCentreinteruniversitairedesressourcesdocumentaires    (CIRD) crééparlarrêtéduMinistredelEnseignement

 Supérieur,06/0070du19juin2006[37],aétémisenplaceetestchargédeléditionetdeladiffusionélectroniquedeladocumentationscientifiqueet  technique.

LeCentreInteruniversitairedesRessourcesDocumentaires(CIRD[38]).

 

      Cestuncentred’appuipourladiffusion,laproductiondesressourcesdocumentairesetlapromotiondeleurutilisationparlacommunautéuniversitairenationale.

      Saprincipalemissionestdecontribueraurenforcementdescapacitésdansl’EnseignementSupérieurparlamodernisationetl’améliorationdesbibliothèquesuniversitaires,depromouvoirlacollaborationentrelesuniversitésnationalesparunmeilleuraccèsàl’informationscientifiqueettechniqueactualiséeetpertinente.

      LadeuxièmefonctiondececentreestdêtreuncentredéditionnumériqueetdenumérisationpourladiffusiondelarechercheduCameroundontlesthèses,lestravauxdescentresderecherche,desrevuesuniversitaires,etc.

      Latroisièmemissionestdimpulserlamodernisationduréseaudesbibliothèquesuniversitaires.

       Telquilaétédéfini,leprojetCIRD[39]  seraitlemoyenpourlepaysdesedoterdesinfrastructuresquiluipermettront  derattraperrapidementsonretard.Car«aujourdhui,linformationscientifique,lesrevuesetlescollectionssontmajoritairementsousformeélectronique.Ilestbeaucoupplusfacilederattraperunretardenmatièredaccèsàundocumentélectroniquequesiondevaitacheterdescollections[40]»

      SelonlaSociétéfrançaisedexportationdesressourceséducatives(Sfere),lebesoinesténormeauregarddesfaiblessesobservées.«Leslacunesquinousontleplusfrappéessont  enmatièredoffredocumentaireaussibienauniveaudesbibliothèquesuniversitairesquauniveaunational;leretarddemodernisationdecesbibliothèques,lefaitquellesnontaucundessystèmesinformatiquesquontlesbibliothèquesdespaysdéveloppésnotamment:linformatiquedegestion;laccèsàdesconnexionsnumériquespourlesétudiants,etc.[41]».

            LeCIRDoffresursonsite[42]desdese.Journaux  enaccèslibre.

 

Difficultésrencontréesparle  RIC

      -CoûtsélevésdelaccèsàlInternet.

      -Réalisation  partielle  des  réseauxcampusdanslesUniversitésetleurconfigurationnoneffectiveenvéritableplateformedeformationàdistance.

      -Absencedunemassecritiquede  formateurscapablesdutiliser  efficacement

Les  technologies  éducatives.

      -Absenceouinsuffisancedunprogramme  deformationdes  formateurs.

      -TrèsfaibleintégrationdesTICdanslenseignement,larechercheetlappuiaudéveloppementparmanquederessourceshumaines.

 

 

Solutionspréconisées

 

      -Mutualisationdelaccèssatellitetantauniveaunationalquerégional.

      -Utilisationdestechnologiessansfilémergentes(HotSpots,WI-MAX,…)pourles

 réseauxdecollectededonnées.

      -IntégrationdelaTéléphoniesurIP(voiesur  IP).

      -Partagedexpertise(formateurs)auniveau

 sous-regionaletcontinental.

      -Renforcementdepartenariatsauniveaunational  etinternational(notammentparticipationdusecteurprivé).

      -Mobilisationrenforcéepourlarecherchedes  financements.

      -AccélérationdelintégrationdesTICdans  lenseignement,larechercheetlappuiaudéveloppement.

      -Renforcementdescapacitésenénergieélectrique(intégrationdelutilisationde  lénergiesolaire).

 

Centre Inter – universitairedestechnologiesdelinformationetdelacommunication(CITI[43])

      AutrecomposanteduRIC,leCITIestunestructure  demutualisationdesressources.IlaccueillelesprincipauxserveursetrouteursduRIC..LeCITIestnotammentchargédubon  fonctionnementduRICetdelélaborationetladiffusiondusystèmedinformationsurlEnseignementsupérieurcamerounais.IlaétécrééparlarrêtéduMinistredelEnseignementSupérieur,06/0071du19juin2006[44].  LeCITI   est   dotécd’unConseildadministrationetd’uneautonomiedegestionfinancière.

      LeCITIsituédansleCampusdelUniversitédeYaoundéI,estunbâtiment

 R+3quiaccueille  notamment:

      lesserveursetrouteursprincipauxduRIC,

      leGDLN(GlobalDistanceLearningNetwork)delaBanque  Mondiale.

Institutdegouvernancenumeriqueuniversitaire(IGNU[45])

      L’Institutdegouvernancenumeriqueunivversitaire  faitégalementpartiedescomposantesduRIC.Lesressources  disponibles  àceniveau   sont  lessuivantes:

ñ  LEWEBOFFICE[46]LeWebOffice« FengOffice »estunoutildecollaborationenréseau.Onpeuttrèsbiensenservirpourautrechosequepourlacollaboration.Ilpermetdesepasserduncertainnombredeservices(degoogleparexemple).Ilvouspermetdegérerlesdocuments,lestâches,lesmails(clientdemessagerie),lesnotes,votrecalendrier,etbiend’autres.

ñ  LAMESSAGERIEELECTRONIQUE[47]Ceservicevouspermetdenvoyeretrecevoirdesmessagesavecousansfichiers  joints.Pourutiliserleservice,vousdevezdemanderàladministrateurdecréervotrecompte.

ñ   NAGIOS[48]C’estunmoteurquipermetlasupervisiondesservices,deséquipements,etdestraficsauseindunréseau.Lorsdundisfonctionnementileffectueuneescalade,desnotificationsparmailetparsmsàladministrateur

ñ   OPENMEETINGS[49]C’estunoutilwebconférencequipermetlaprésentationetlaformationenligneetl’échangedecommunicationentempsréel

ñ   LATCHAT[50]C’estunservicequipermetauxétudiants,chercheursetinternautesdecommuniqueretd’échangerdesfichiers.

ArrimageduRICauréseauxmondiauxd’EnseignementetdeRecherche

 

ñ        LesUniversitéscamerounaisesressententlanécessitédese

 connecteraux  réseaux  mondiauxdenseignementet  de

 recherche.

.Enconséquence,ellesentretiennentdesaccorddecoopérationavecdesinstitutionstellesqueRenater,CIRADetlIRDenFrance.LaWestandCentralAfricaEducationandResearchNetwork(WACREN[51])travailleencoopérationavecleRIC.    LamiseenplaceduprojetCAB(CentralAfricanBackbone)permettracertainementlinterconnexiondespaysetsurtoutdesUniversitésdelasousrégionAfriqueCentrale

 

AutresInstitutsetcentresderecherchePublics[52]

 

ñ  CentreafricainderechercheetdelaformationSanitaire(CARFOP),Dschang

ñ  Centrerégionalenagricultureforêtbois(CRESA)

ñ  CentreinternationalderéférenceChantalBiya(CIRCB),Yaoundé-Melen.

ñ  CentrederecherchesHydrauliqueduCameroun(CRHC),Yaoundé

ñ  Institutderechercheagronomiquepourledeveloppement(IRAD),Yaoundé

ñ  Institutnationaldecartographie(INC),Yaoundé

ñ  Institutderecherchemédicinaleetd’étudedesplantesmedicinales(IMPM)

ñ  Institutderecherchegéologiqueetminière,Yaoundé

ñ  Missiondepromotiondesmatériauxlocaux(Mipromalo)-Localmaterialspromotionauthority,Yaoundé

ñ  Centrenationaldel’éducation(CNE),Yaoundé

ñ  Comiténationaldedéveloppementdestechnologies,Yaoundé

ñ  CentreHospitalierdeRechercheenChirurgieEndoscopieetReproductionHumaine,Yaoundé

InstitutsetcentresderecherchePrivés nationaux

  • Institutpourlarecherche,ledéveloppementsocio-économiqueetlacommunication(IRESCO),Yaoundé,Mendong

·        Institutdefinanceetdestratégie(IFS),Yaoundé,Mendong)

·         MEDCAMER[53] : la plate-forme de rassemblement des médecins du Camerounhttp://www.medcamer.org/

·         SOGOC[54] : Société des Gynécologues Obstétriciens du Cameroun

·         http://www.sogoc-forum.org/ ACASAP[55] : Association Camerounaise de Santé Publique

InstitutsetcentresderecherchePrivés étrangers ou internationaux

 

            Il existe au Cameroun des instituts et des centres de recherche privés étrangers ou internationaux. Dans cette catégorie, nous pouvons citer l’Agence inter-établissements de recherche pour le développement (AIRD[56]) attachée aux ministères français de la Recherche et de la Coopération. 

            L’Agence inter-établissements de recherche pour le développement  regroupe un ensemble d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche qui consacrent tout ou partie de leurs activités de recherche et de formation au service du développement des pays du Sud.

L’AIRD a été créée en 2006 par  l’IRD. Elle a pour mission l’amplification de l’effort de recherche nationale pour le développement en fédérant et mobilisant les équipes de l’ensemble des acteurs de la recherche française et en mutualisant les compétences et les moyens des universités et des grands organismes.

L’AIRD évalue et gère les programmes de recherche effectués par les organismes qui la représentent au Cameroun, savoir : 

L’agence et son conseil d’orientation (Cora), qui rassemble des représentants des établissements d’enseignement supérieur et de recherche français et d’organisations multilatérales et des personnalités qualifiées, ont pour mission de :

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET ENVIRONNEMENT DE LA RECHERCHE AU CAMEROUN \Users\Emmanuel\AppData\Local\Temp\msohtmlclip11\clip_image002 l’Institut de recherche pour le développement (IRD[57]) Les chercheurs de l’IRD interviennent dans une cinquantaine de pays. Les programmes scientifiques sont centrés sur les relations entre l’homme et son environnement dans les pays du Sud pour contribuer à leur développement.


\Users\Emmanuel\AppData\Local\Temp\msohtmlclip11\clip_image002 Bibliothèques universitaires le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD[58]) « Au Cameroun, et dans la sous région, le Cirad concentre ses activités autour d’un enjeu majeur qui est l’intensification écologique. Il s’agit d’inventer une agriculture à la fois plus productive dans un but de nourrir le plus grand monde avec une alimentation de qualité mais aussi plus respectueuse de l’environnement et la biodiversité. Il en va de même pour la forêt pour laquelle, l’intervention du Cirad est axée autour de la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ».

            A tout ceci, il faut ajouter le Centre Pasteur du Cameroun, partenaire de l’Institut Pasteur de Paris, un des établissements fondateurs de l’AIRD.  Le Centre Pasteur du Cameroun[59] (CPC) est un centre de recherche biomédicale camerounais, dépendant du ministère de la santé. Selon notre source d’information,

                        Au terme d’une convention signée avec l’Institut Pasteur, le CPC est membre du  Réseau International des Instituts Pasteur, réseau qui associe une trentaine de centres de recherche sur les 5 continents. Le ministère des affaires étrangères soutient le CPC              par la mise à disposition de deux postes d’assistants techniques (dont la directrice) et  des financements de projets de recherche dans le cadre du FSP. Les missions du CPC     sont la recherche (infection à VIH/Sida, l’ulcère de Buruli, l’hépatite virale C, grippe,    poliomyélite, évolution de la sensibilité aux antibiotiques, etc.), la santé publique    (activités de surveillance, investigation d’épidémies, etc.) et la formation    (scientifiques, techniciens de laboratoire, etc.).

 

Enconstruction

  • ZonefrancheuniversitaireduCameroun,surlesitedel’écolepolytechniquedeYaoundé
  • Deuxuniversitésvirtuelles,dontuneàvocationsousrégionale
  • Centresdeformationd’excellence,fruitdelacoopérationentreleCamerounetlaRépublique de Corée
  • Cameroonchristianuniversity,Bali&Kumba(encoursdeconstruction)
  • lInstitutsupérieurd’expertisecomptable(UniversitéYaoundé2)
  • lInstitutdehautesétudescommerciales(UniversitéYaoundé)
  • Centrederecherchedétudespolitiques(UniversitéYaoundé2)
  • centrederecherchedétudessubsidiaires(UniversitéYaoundé2)
  • centredeconsultanceetdurenforcementdescapacitésinstitutionnelles(UniversitéYaoundé2)
  • UniversitéscientifiqueetculturelledeMaroua
  • ÉcolesupérieurespécialedarchitectureduCameroun(ESSAC),Yaoundé
  • PôleUniversitairedesMétiersduCameroun(P.U.M)Nkongsamba(www.pum-cameroun.org)

X-Productivitédelarechercheau Cameroun

        LarecherchescientifiqueettechniqueagénéréplusieurspublucationsauCameroun.Selonuneétuded’Octobre2003,menéeparJacquesGaillardencollaborationavecErenZinket  AnnaFuroTullberg[60],

                Pendantladécennie90,lesscientifiquescamerounaisontpublié(entant            quauteurouco-auteur)entre80et160articlesparansurlesrevues  internationales«mainstream»1.Lamoyenneannuelledeces  publications,surunepériodede15ans(1987-2001)sélèveà108.Cela représente1,5%  delaproductionscientifiqueafricaine        internationalementvisibleetplaceleCamerounau11èmerangdespays  dAfriqueentermesdepublicationscientifique.Cesrésultatsconstituent unréelprogrèspuisquelaproductionatripléen15ansetcelamalgréles  contraintesliéesàlexercicedelarechercheetauxdifficultésde  publication.SelonlabasedelISI,lespublicationsscientifiques,issues            de75institutions(dontbeaucoupnecomptentquuneseulepublication)               sontlesplusnombreusesenmédecineclinique(39%),puisen  biologie           (25%),enbiomédecine(11%),enchimie(10%)enphysique(8%),en            sciencesdelingénieur(4%)etensciencesdelaterre(principalementen           sciencesdusoletenvironnementales)quinecomptequepour3%de lensemble.LuniversitédeYaoundé(aujourdhuiUniversitédeYaoundé                 1hébergeantlaFacultédesSciences)estdeloinlaplusgrande  productricedecespublications.Lesautresinstitutionsvisiblesdansles            basessont:lInstitutdeRecherchepourleDéveloppement(IRD),        lInstitutPasteur,leMinistèrede  laSantéPubliqueetlesuniversitésde           DschangetdeNgaoundéré.LatrèsfaiblevisibilitédelIRADestdueau    faitquelISItendàsous-estimerlessciencesagricolesalorsque,   concomitamment,lesscientifiquesdelIRADonttendanceàmenerdes  recherchesplusappliquéesquedanslesuniversitésetpublient  relativementmoins,utilisantdesrevuesmoinsvisiblesqueleurs collèguesdautresdisciplines.

 

XIEcoledeformationdesfonctionnairesetdupersonneladministratif

 

      L’EcoleNationaled’AdministrationetdeMagistrature(ENAM[61])estspécialiséedanslaformationdeshautscadredel’Etatcamerounais.Enparcourantsonhistorique,ilestpossibledecernerleprofildescadresquecetteécoles’estemployéeàformerdepuissacréation.Ainsidonc,de  1959,datedesacréationà2010, L’ENAM est passée par les mutations profondes suivantes :

 


ñ  1959:Créationdel’ÉcoleCamerounaisedAdministration(ECA)avecpourmissionslaformationetleperfectionnementdesfonctionnaires.

ñ  1961:Ouvertureduncyclespécialpourpréparerlescandidatsoriginairesdesrégionsinsuffisammentscolariséesdelex-Camerounorientalauxépreuvesdesconcoursdentréeauxcyclesnormaux.

ñ  1963:Créationduncyclepréparatoirepourpréparerlescandidatsanglophonesdelex-CamerounoccidentalauxépreuvesdesconcoursdentréeauxcyclesAetB.

ñ  1964:Changementdedénomination:l’ECAdevientL’ENAM(ÉcoleNationaledAdministrationetdeMagistrature)avecpourmissiond’assurerlaformationdespersonnelsdesservicescivilsetfinanciersdelÉtatainsiquecelledesmagistratsdelordrejudiciaire.

ñ  1968:RéorganisationdelENAM:formationetperfectionnementdesfonctionnairesetdesmagistratscamerounais,organisationducyclespécialetducyclepréparatoire.

ñ  1985:CréationduCentreNationaldAdministrationetdeMagistrature(CENAM),comprenanttroisétablissementsdeformationspécialisés:

ñlENAM,chargéedelaformationdeshautsfonctionnairesdesservicescivilsetfinanciers;etdesmagistrats.

ñlISMP(InstitutSupérieurdeManagementPublic),chargéduperfectionnementdeshautscadresdansledomainedumanagementpublic.

ñlITAF(InstitutdesTechniquesAdministrativesetFinancières),chargédelaformationdespersonnelscivilsetfinanciersdelÉtatdelacatégorieBetdesgreffiers.

ñ  1995:RéouverturedescyclesAetBpourlaformationdespersonnelsdesservicescivilsetfinanciersdelÉtatainsiquedesmagistratsdelordrejudiciaire.LENAMestégalementdotéeduncentrederechercheetdedocumentationpourlesproblèmesconcernantlAdministration.

ñ   

ñ  2005:Décret(N°2005/154du06mai)portantOrganisationdelÉcoleNationaledAdministrationetdeMagistrature

ñ  2010:Ouverturedel’admissionàladivisionjudiciairedel’ENAMauxdiplômésenInformatiqueetenscienceséconomiquesdel’enseignementsupérieur

 

XIINormalisationde  l’enseignementsupérieurauCameroun[62]

 

      AuCameroun,l’enseignementsupérieurdusecteurpublicetdusecteurprivéestorganiséetrégipardestextesadministratifs.Ilexistedestextesrégissantlesecteurpublicetceuxrégissantlesecteurprivé.

      Secteurpublic :

      Décretnuméro93/027du19Janvier1993portantdispositionscommunesauxuniversités.Cetextedéclare :

      Article1 :(1)Lesuniversitéssontdesétablissementspublicsàcaractèrescientifiqueetcultureldotésdelapersonnalitémoraleetdel’utonomiefinancièreadministrativeetacadémique.(2)Ellessontplacéessousl’autoritéduMinistrechargédel’enseignementsupérieur.(3)Chaqueuniversitécomprenddesétablissementspost-secondairesetdeformationuniversitaireetderecherchedontladénomination,lesconditionsd’accèsetdefonctionnementsontfixéespardestextes  particuliers.

      Article2 :Lesuniversitésobéissentauxprincipessdirecteurssuivants :

L’égalitéd’accèspourtouslescamerounais

ñ  L’autonomie,

ñ  Laparticipationdesenseignants,desétudiantsetdupersonnelnonenseignantauxdécisionscatégorielleslesconcerant,

ñ  Lacomplémentaritéetlapluridisciplinarité,

ñ  L’ouvertureàl’environnementnationaletàlacoopérationinternationale.

      Article:(1)Outrelesmissionsspécifiquesàchaqueuniversité,éetquisontfixéspardestextesparticuliers,touteslesuniversitéssontchargéesde :

ñ  Laformationetduperfectionnementdescadres,

ñ  Larecherche  scientifiqueettechnique,l’appuiauxactivitésdudéveloppement,

ñ  Lapromotionsociale

ñ  Lapromotiondelascience,delacultureetdelaconsciencenationale.

(2)Ellesdécernentlesgradesettitres,etdélivrentdesdiplômes  dansledomainedesspécialitésouvertesauseindeleurétablissementsrespectifs.(3)Ellescontribuentàlapromotiondeslanguesnationalesetdubilinguismeofficiel.

      Article4 :(1)Lesuniversitéspeuventdévelopperenleurseindescentresdes‘étudesscientifiquesettechnologiques,descentresderechercheetdeformationspécialisésdeperfectionnement..(2)Cescentressontchagésnotammentd’établirlaliaisonentreleslaboratoiresuniversitairesetlesmilieuxindustriels,etdedévelopperlaformationetleperfectionnementdescadres.

      Secteurprivé

      Décretnuméro2001/832/PM/du19Septembre2001fixantlesrègles  communesapplicables  auxinstitutionsprivéesd’enseignementsupérieur.Danssesarticles  troiset,cedécretdéclare ;

      Article3 :  Ausensduprésentdécret,tdesestextessd’applicationlesdéfinitionsci-aprèssontadmises :(1)Établissementsprivésd’enseignementsupérieur :structureassurantdesformationspost--secondairesconformémentàlaréglementationenvigueur ;(2)Universitésprivées :structuresassurantdesformationssupérieuresconformémentàlaréglementationenvigueuretcomprenant  aumoinsdeuxétablissements ;(3)Campus :(A)Ensembled’immeublesappartenantàuneinstitutionetabritantdesbâtimentsetdesinfrastructuresservantàl’exercicedesactivitésdeformation  oudetoutesautresactivitésrelevantdes  missionsdel’enseignementsupérieur,ouservantderésidenceauxmembresdelacommunautéuniversitaire. ;(B)  Immeublesannexesacquisoulouésendehorsdusiteprincipalparl’institution,suivantdescontratsouconventionsdéterminés   etaffectésauxactivitésdeformationouàlarésidencedesmembresdelacommunauté.(4)Promoteur :toutepersonnephysiqueoumoralequi,sursademande,danslecadredudroitcamerounaisestautoriséparl’Etatàcréeruneinstitutionetàlafairefonctionner.

      Article4 ;(1)Lesinstitutionssontdesstructuresàcaractèrescientifique,technique,professionneletculturel.(2)Ellesontapolitiqueetàbutnonlucratif.(3)Ellespeuventdispenserleursenseignementsdansuncampuset/ouàdistanceconformémentàlaréglementationenvigueur.(4)Lesinstitutionssontplacéessouslatutelleduministredechargédel’enseignementsupérieurquienassurenotammentlesuivi,lecontrôleetl’évaluation.

      Lestextescidessusrégissantlessecteurs  publicetprivédel’enseignementsupérieurauCamerounsontcomplétésparledécretnuméro99/901  /PM/du30Décembre1999  modifiantetcomplétantcertainesdispositionsdudécretnuméro93/633/PMdu17Septembre  1993  instituantunecommissiond’évaluationdesformationsdispenséesàl’étranger..Cetextedéclare :(Atricle12nouveau)  (1)Lareconnaissanced’uneécoleouinstitutionétrangèreouinternationaledeformationdontlesdiplômesreconnuspermettentuneintégration,unreclassementouunavancementdanslafonctionpublique  estconstatééparunarrêtédupremierministre,surpropositionduministredel’enseignementsupérieur,aprèsavisdelacommissionnationale.(2)Elledonnelieuàl’établissementd’unelisterégulièrementmiseàjouretestsubordonnée  àlareconnaissancedeladiteécoleouinstitutiondanslepaysd’origine.

 

Lesmissionsfondamentalesdesétablissementsd’enseignementsupérieurauCameroun

 

        LesmissionsduMinistère de l’enseignement supérieur, ainsiquecellesdesUniversitésontétédéfiniessuccessivementparplusieurstextesdeloidontlaplusrécenteestendatedu16/04/2001.

        CetteloidorientationdelEnseignementSupérieurfixe,(article1)lecadrejuridiqueetlesmissionsfondamentalesdesétablissementsdenseignementsupérieur.Ellepermet,douvrirpluslargementlenseignementsupérieurauxétablissementsprivés(articles1,4,22-27)etdéfinitlecadreinstitutionneldefonctionnementdecesétablissementsprivés.LamissionfondamentaledelEnseignementSupérieurvise,(selonlarticle6delaloidu16/04/2001)lesobjectifssuivants:

        «larecherchedelexcellencedanstouslesdomainesdelaconnaissance;la

        promotiondelascience,delacultureetduprogrèssocial;lapromotion         sociale,aveclaparticipationdesmilieuxsocioprofessionnels;lappuiaux   activitésde développement;laformationetledéveloppementdescadres;le    renforcementdu senséthiqueetdelaconsciencenationale;lapromotiondela         démocratieetdela culturedémocratique;lapromotiondubilinguisme.»

        Lesprincipauxtextesréglementaires sont les suivants ::

ñDécret92/74du13/04/1992(créationdes6universités)

ñDécret99/026du19/01/1993(fixantlorganisationadministrativeet

académique)

ñLoidOrientation005du16/04/2001(définitlesmissions,intègreles

ñétablissementsprivés,consacrelebilinguisme)

 

LesÉtablissementspublicsd’enseignementsupérieurdépendantdesautresdesautresMinistères

 

 

        Lesprincipauxétablissementsd’enseignementsupérieur  quidépendentdesautresministèressontlessuivants :

·

 

 ENAM(EcoleNationaledAdministrationetdelaMagistrature)dépendantdu

 

MINEFI(Ministèredel’EconomieetdesFinances);

 

 ENAP(EcoleNationaledAdministrationPénitencière)soustutelleduMinistèrede

 lAdministrationTerritoriale;

 

 ENAAS(EcoleNationaledesAssistantsdesAffairesSociales);

 

 EFG(EcoledeFaunedeGaroua)soustutelleduMinistèredel’Environnementet

 desForêts;

 

 EcoleRégionaledeformationenaéronautiquedeGaroua(Ministère  dutransport);

 

 EcoledesTravauxPublics(Ministèredestravauxpublics);

 

 ENSPT(EcoleNationaleSupérieuredesPostesetdesTélécommunications),sous

 tutelleduMINPOSTEL.

 

 

 


[1]        -ConservateurdeBibliothèquesdel’UniversitédeNgaoundéré,E.mail :etchoumkeu@yahoo.fr

[2]   -Projetdeperformancedesadministrations, 2012 ; Chapitre19 ;p.7-17

[6]   -Contact:B.P.157Yaoundé-Cameroun
Tél:(237)222-29-21Fax:(237)223-29-54E-mail:inacart@camnet.cm

[7]   -http://www.minresi.net/minresi/index2.php?cat=inc

[8]   -Contact:B.P.33731YaoundéCameroun
Tél:
(237)22203371&Fax:(237)22203370

[9]   -Contact:B.P.4110NlongkakYaoundé-Cameroun
Tél:(237)2222-24-30Fax:(237)22222431
E-mail:irgm@iccnet.cm

[12]-http://www.minresi.net/minresi/index2.php?cat=impm

     Contact:B.P.8013YaoundéCamerounTél:(237)22066280Fax:(237)223-96-89

[14]-  http://www.minresi.net/minresi/index2.php?cat=cne

        Site : http://www.cne-minresi.org/index.php/en/      Contact:Téléphone(237)22-23-40-12

[15]-http://www.minresi.net/minresi/index2.php?cat=cndtContact:B.P.25293YaoundéCameroun
Tél.
&Fax:(237)22222496 et (237) 22 22 13 36

[18]      -http://afs4food.cirad.fr/partenaires/icraf

[20]-Projetdeperformancedesadministration ;2012 ;Chap.19 ;p.13-14

[23]-http://www.papesac.org/index.php/fr/annuaire-des-labos-en-afrique

[24]-Pourcommuniquerleserrataous’inscrireàcettebasededonnées,s’adresserà :  admin@papesac.org

[25]-DirectiondesAffairesAdministrativesetdelaCoopération

[26]-http://www.eifl.net/country/cameroon

     http://www.eifl.net/consortium-cameroon-university-and-research-librar

[27]-www.eifl.net/licensing

[28]-Source :http://www.interacademies.net/Academies/ByRegion/Africa/Cameroon.aspx

         Addresse :  B.P.1457Yaoundé  Cameroon

         Phone(+237)2239741

        Fax(+237)2221336
E-mail
casciences@yahoo.com

[29]-Source :HistoriquedelarechercheauCameroun.Voir :  http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=10399

[30]-http://www.abadcam.sitew.com/#Accueil

[31]-Tél.:(237)99807681;Email: a_garga@yahoo.fr 

[32] -Tél.:(237)99698868;  Émail: roshafack@yahoo.com

[33]-Source :http://www.universite-yde2.org/index.php?id=46

         E-mail:essticuy2@yahoo.frScolarité

         Téléphone:(00237)22024519

[34]-http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1963-12-0488-007

[35]-AssociationAfricainepourleNommageInternetenCoopération

[36]- Institut delaGouvernanceNumérique

[37]-  cf.www.minesup.gov.cm

[38]-http://www.citi.cm/cird/

[39]-http://www.cameroon-info.net/stories/0,23686,@,communication-les-bibliotheques-universitaires-a-l-heure-du-numerique.html

[40]-  Marie Dominique Heusse, responsable des réseaux bibliothèques à l’Université de Toulouse

[41]-Op.Cit.

[43]-http://www.citi.cm/index.php?option=com_content&view=article&id=133%3Anational-higher-education-network-imminent-&catid=35%3Acommunique&lang=fr

[44]-  cf.

  www.minesup.gov.cm

[52]-http://fr.wikipedia.org/wiki/Enseignement_sup%C3%A9rieur_et_recherche_au_Cameroun

[53]        – http://medcamer.org

[54]-http://www.sogoc-forum.org

[55]          - http://www.cpha.ca/uploads/progs/_/sopha/acasap_e.pdf

[56]        – http://www.ambafrance-cm.org/l-AIRD

[60]-IFS  (FondationInternationalepourlaScience) .LescapacitésderecherchescientifiqueauCamerounUneévaluationdelimpactdesactivitésdelIFS ;parJacquesGaillard,ErenZink,aveclacollaborationdeAnnaFuróTullberg;Octobre,2003

[61]-Source :http://www.enam.cm/

[62]-Extraitde« Recueildestextesdel’enseignementsupérieurauCameroun ;MINESUP ;Novembre2003.

1 août, 2011

Accès libre à l’information scientifique et technique (Open Access) : les nouveaux rôles des médiateurs

Classé dans : Non classé — etchoumkeu @ 18:35

              La question de l’ « Open Access[1] » agite le monde des bibliothèques et de la documentation depuis quelques années maintenant. Les professionnels de l’information scientifique et technique des pays en développement ont bien du mal à en discerner les principes et à en anticiper les applications. S’ils étaient suffisamment informés à ce sujet, ils en seraient de fervents défenseurs.

Les bibliothécaires des pays du nord, soumis à des pressions parfois intolérables quant à leur budget d’abonnements, ont réagi en se constituant en consortiums destinés à négocier au mieux avec les éditeurs, fortement concentrés, voire en mettant en œuvre des boycotts qui ont contribué à mettre en place les conditions d’un bouleversement des relations habituelles, bibliothèque / éditeur / lecteur / chercheur.

Les bibliothécaires des pays en développement ne sont pas épargnés de ces pressions budgétaires quant à leurs budgets d’abonnement aux  publications scientifiques. Ce qui leur serait convenable de faire serait d’apporter leur soutien aux bouleversements qui existent aujourd’hui dans le monde de la recherche scientifique et technique. Ces bouleversements se résument par un seul concept : l’ « Open Access ». L’ « Open Access » est né avec Internet,  désormais, le chercheur consulte prioritairement en ligne la documentation dont il a besoin.

Selon l’esprit de l’ « Open Access », la communication scientifique doit être mise en ligne au profit de la communauté mondiale de la recherche et de l’enseignement. Les auteurs scientifiques ont par conséquent le désir de partager leurs recherches avec leurs collègues. Les chercheurs et les étudiants quant à eux brûlent du désir d’accéder à toute la littérature scientifique et technique disponible en ligne.

Dans ces conditions le système traditionnel de la communication scientifique se trouve aujourd’hui dépassée. Pourquoi ? Parce que les bibliothèques universitaires et leurs institutions sur le plan mondial ne sont plus en mesure de supporter l’augmentation exponentielle du prix des licences d’accès aux ressources scientifiques en ligne (livres,  revues et autres ressources). Avec ce système traditionnel de la communication scientifique, les auteurs des publications scientifiques ne pouvaient communiquer qu’avec ceux de leurs collègues qui ont la grâce de travailler dans des institutions qui disposent des moyens financiers suffisants pour acheter des licences d’accès à leurs travaux. Dans ces conditions, les lecteurs quant à eux ne pouvaient accéder dans le meilleur des cas qu’aux résumés des articles en ligne, et presque jamais au texte intégral (Full text). Pour eux, le prix d’accès à ces articles étaient tout simplement prohibitif. La révolution digitale apportée par l’ « Open Access » promet de faire chuter toutes les barrières (financières, géographiques, etc.) qui empêchent d’accéder librement aux ressources scientifiques et techniques en ligne.

Parler d’Open Access revient avant toutes choses à parler d’un principe : celui de rendre accessible gratuitement, en ligne, toute production issue d’un travail de recherche. Si l’expression concerne au premier chef les publications scientifiques (pré- et post-publications), son acception large recouvre également les thèses et les données issues de la recherche. Dans ce cas l’Open Access peut être vu comme un dispositif cohérent de mise en ligne « ouverte » des résultats de la recherche. Les archives ouvertes ont l’avantage d’une diffusion instantanée de nouveaux résultats de la recherche.

Le libre accès s’est développé dans deux directions relativement différentes. Ces deux voies sont complémentaires. D’une part, la voie « d’or » : les revues rendent leurs articles directement et immédiatement accessibles à la communauté des chercheurs. Ces publications s’appellent des « revues à accès ouvert» (« Open access journals[2] »). Ces revues en libre accès proposent une validation par les pairs et le modèle de l’auteur-payant

D’autre part, les « archives ouvertes », c’est-à-dire l’auto archivage par les auteurs eux-mêmes, ou par des institutions de diverses natures, de leurs contributions. C’est la « voie verte[3] » de l’Open Access. Ce  principe est simple : le dépôt, sous forme électronique, de publications scientifiques dans des entrepôts numériques (repositories).

La « voie verte » de l’Open Access est aussi appelée « Auto archivage ». Auto archiver, c’est permettre aux chercheurs de déposer en ligne, gratuitement, de façon  presque immédiate, permanente et sans restriction d’accès le résultat de leurs productions scientifique dans un répertoire organisé afin d’en augmenter la diffusion et la valorisation auprès de leurs pairs et du public.  

 

Origine du mouvement du « Open Access »

 

L’Open Access est une initiative de la Public of science (PLO) datant de 2001[4]. Cette initiative est marquée par une pétition exigeant des éditeurs l’autorisation de la mise à disposition en libre accès ; dans les bibliothèques publiques en ligne, des documents issus de la recherche publiés dans les revues. Les résultats de cette pétition ont été les suivants : 38.771 signatures provenant de 258 pays.

 

La formation du mouvement commence par l’initiative de Budapest pour l’accès ouvert (BOAI) Budapest Open Access Initiative (14/02/2002). L’initiative de Budapest se résume par deux points :

-          libre accès au savoir : accès, lecture, impression, téléchargement gratuit des articles,

-          élimination des barrières : financières, technologiques, culturelles, des droits d’auteurs.

 

En somme, le concept du Open s’appuie sur les aspects suivants : l’accessibilité au maximum de documents par le plus grand nombre possible, la pérennité des ressources par l’archivage, la gratuité l’accès, souhaité par la communauté scientifique.

 

Libre accès à quelles ressources ?

 

Sans être en mesure de donner ici une liste exhaustive de ces ressources qui innombrables, notons tout simplement que les ressources numériques concernées par l’Open Access, sont les suivantes :

-          les articles scientifiques,

-          les documents numérisés,

-          les cours,

-          Littérature grise

-          les données de recherche,

-          les notices bibliographiques,

-          les ouvrages de référence (Dictionnaires, encyclopédies, atlas, etc)

-          les documents de tout format (vidéo, audio, etc)

-          des logiciels

 

Les nouveaux rôles des médiateurs  (Bibliothèques, Bibliothécaires, documentalistes)

Le développement de l’ « Open Access » et de l’ « Open Archives Initiative », permet aux bibliothèques d’initier de nouvelles formes de médiations documentaires et de s’impliquer davantage dans l’univers du chercheur. En effet, l’Internet a changé à la fois les procédés de la communication scientifique et le rôle anciennement dévolu aux bibliothèques universitaires. La communication scientifique connaît aujourd’hui un changement de paradigme qui oblige les bibliothèques à revoir leur position et leur rôle de principal vecteur de l’information scientifique au profit de la communauté universitaire.

Grâce au « Open Access initiative », chaque bibliothèque universitaire, quel que soit ses moyen financiers, sa taille,  est en mesure d’offrir aujourd’hui à ses utilisateurs tous les livres, toutes revues scientifiques et techniques, etc, dont ils ont besoin. Car d’après sa définition, l’ « Open Access » veut dire aussi libre accès à tout le patrimoine scientifique et technique mondial.  De nos jours le grand nombre de bibliothèques électroniques en accès libre en ligne illustrent bien ces propos.

Les bibliothécaires universitaires doivent être aujourd’hui aux yeux des chercheurs, des professionnels de l’information scientifique et technique, capables de jouer le rôle de conseil auprès d’eux, et non de simples fournisseurs d’information, dont le seul rôle est la mise à disposition de celle-ci. La plus grande bibliothèque universitaire de nos jours  n’est plus celle qui possède le plus beau bâtiment et qui dispose du plus grand nombre de collections documentaires, mais celle qui possède des moyens matériels et humains appropriés pour lui permettre de jouir pleinement des opportunités offertes par l’ « Open Access initiative» à la communauté scientifique mondiale. Il faut entendre par moyens humains des spécialistes de l’information scientifique et technique suffisamment formés et informés au sujet des gisements de ressources scientifiques et techniques disponibles en ligne. Il faut également entendre par moyens matériels tous les accessoires nécessaires (bonne connexion Internet, des ordinateurs en bon état de fonctionnement)  pour un accès facile aux ressources disponibles en ligne.

Par TCHOUMKEU Emmanuel

Conservateur de Bibliothèques

 

 

Références bibliographiques

« Les archives ouvertes : enjeux et pratiques », BBF, 2005, n° 6, p. 126-127
[en ligne] Consulté le 14 juillet 2011

- Aubry C & J. Janik, Les Archives Ouvertes, enjeux et pratiques : guide à l’usage des professionnels de l’information, édition ADBS, Paris, 2005

- Bailey, C. W. « Open access and libraries », preprint, pp. 1-36, January 2006. [Online]. Available : http://www.digital-scholarship.com/cwb/OALibraries2.pdf

- Bosc, H. & S. Harnad, « In a paperless world a new role for academic libraries : providing open access », Learned Publishing, vol. 18, no2, pp. 95-100, January 2005. [Online]. http://dx.doi.org/10.1087/0953151053585028

- Boukacem-Zeghmouri, C. « Bibliothèques académiques et publication scientifique numérique : la médiation réinterrogée », Ametist, no1, April 2007. [Online]. http://ametist.inist.fr/document.php ?id=249

- Salaün, J.-M.  »Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, vol. 49, no6 : 20, 2004. [Online]. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001141

 


 

 

[1]http://www.soros.org/openaccess/fr/read.shtml

 

 

[2]DOAJ : http://www.doaj.org/

 

 

[3] -  http://www.sherpa.ac.uk/romeo.php?stats=yes )

 

 

[4]http://openaccess.inist.fr/spip.php?article6

 

27 juillet, 2011

L’ESSENTIEL POUR LA DECORATION

Classé dans : Non classé — etchoumkeu @ 14:53

Dans la rubrique l’essentiel pour la décoration, nous vous proposons ici des sites qui vous apportent de nouvelles idées de décoration. A l’affut des dernières tendances, nous nous engageons à décrypter régulièrement pour vous l’univers de la Decoration maison

1 – Truc et déco.com.

http://www.trucsetdeco.com/


Grâce aux fiches pas à pas, personnalisez votre décoration intérieure et trouvez des idées pour vos Loisirs créatifs comme le faire part à faire soi même.
Retrouvez toutes les astuces et techniques dans les rubriques Décoration chambre, Bricolage et décoration, Décoration Table, Décoration mariage…

2 – Deco.fr

http://www.deco.fr/

3 – Le Blog deco.fr

Décoration de la maison, chambre, meubles, etc.
http://www.leblogdeco.fr/

Sites de pochoirs gratuits
Les pochoirs aident à réaliser facilement des projets artistiques. Choisissez dans la variété des pochoirs que nous vous proposons ici au lieu de perdre du temps à dessiner ou à peindre…Choisissez donc juste un pochoir dans notre vaste collection, découpez-le, et le voilà prêt à l’utilisation

1 – http://www.radins.com/linker.php?id=34798

Plus de 100 pochoirs répartis en 34 Catégories. Des pochoirs à télécharger gratuitement.

2 – http://www.francetop.net/article/Pochoir+gratuit

3 – http://www.fashionfrog.com/site/free-stencils/

4 -http://www.stencilease.com/printable-stencils.html

5 -Free, Printable Alphabet Stencils
http://www.associatedcontent.com/article/1810832/free_printable_alphabet_stencils.html?cat=4&fb_xd_fragment#?=&cb=f2738017c369e9a&relation=parent.parent&transport=fragment&type=resize&height=20&ackData[id]=1&width=90

6 – http://www.freeprintable.com/free-printable-stencils

7 – http://www.all-about-stencils.com/free-printable-stencils.html

8 – Collection utilisée pour la décoration et la peinture

http://painting.about.com/od/freestencils/tp/free-stencils.htm

http://answers.yahoo.com/question/index?qid=20080418114516AA3r0Sl

Peinture pour les apprentis. Le savoir faire essentiel
Si vous voulez apprendre à peindre, ou si vous avez juste commence à peindre, et vous voulez rafraîchir vos connaissances sur quelques techniques essentielles, cette collection vous est utile (visitez ce site). Il est en langue anglaise.

http://painting.about.com/od/paintingforbeginners/Painting_for_Beginners_and_Essential_Painting_KnowHow.htm

Emmanuel TCHOUMKEU

26 juillet, 2011

Les Ressources Documentaires Scientifiques essentielles en Open Access

Classé dans : Non classé — etchoumkeu @ 17:54

La publication scientifique a été profondément transformée par Internet. De nombreuses revues sont publiées par ce nouveau mode de diffusion. Les politiques des éditeurs commerciaux sont toutefois en butte à de sévères critiques de la part des chercheurs et des bibliothécaires.
Le mouvement dit de l’« Open Access » est l’une des manifestations de ce mécontentement. Limité à quelques initiatives, il rencontre un écho de plus en plus grand au sein de la communauté scientifique

De quoi s’agit-il ?

• Selon le BOAI, 2002 (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert)

http://www.soros.org/openaccess/fr/read.shtml

« Par « accès libre » à cette littérature, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet.
La seule contrainte sur la reproduction et la distribution, et le seul rôle du copyright dans ce domaine devrait être de garantir aux auteurs un contrôle sur l’intégrité de leurs travaux et le droit à être correctement reconnus et cités. »

Open Access ? Ce faut en retenir

• Le terme Open Access (OA) est parfois traduit par « Archives Ouvertes », en lieu et place de « Accès Ouvert ».

• Il est préférable d’utiliser ici ce dernier terme, dans le sens où, par OA, il est communément entendu les publications électroniques en libre accès ou en accès ouvert. Les documents électroniques en OA offrent donc à tout utilisateur un droit d’accès gratuit, irrévocable et universel.

• Pour qu’une publication soit en OA, il faut que son auteur dépose une version électronique de son texte sur un serveur institutionnel ou publie son article dans une revue fonctionnant selon le modèle OA.

• Les usagers sont donc autorisés à lire, décharger, copier, distribuer, chercher, imprimer, créer des liens au texte intégral, pour n’importe quel usage, sans réserve mais avec obligation de citation.

Genèse du OPEN ACCESS

Ce récit tient dans un Scénario imaginaire se résumant en 9 points :

1. Un jeune chercheur de l’Université de Ngaoundéré vient juste d’obtenir son doctorat. Il annonce fièrement à sa mère qu´il vient de publier dans la revue X, son premier article. Elle lui demande combien il a été payé pour cet article. Il grimace, répond : « Rien » et se lance alors dans une explication longue et compliquée…

2. Un chercheur de la même université repère cet article dans la revue X, Il se rend à la bibliothèque pour l´obtenir. On lui répond : « Nous ne sommes pas abonnés à cette revue, trop chère pour nous (notre budget d´abonnements, de droits, de prêt et de reproduction est déjà largement dépensé). »

3. Un étudiant, dans la même université, voit le même article cité sur le Web.
• Il clique sur la citation.
• Le site de l´éditeur demande un mot de passe : « Accès refusé : seules les institutions autorisées et ayant souscrit un abonnement ont accès à la revue. »

4. L´étudiant perd patience, et abandonne…

5. Des années plus tard, le recrutement universitaire (comme enseignant) du jeune docteur (du point 1) est envisagé.
• Ses publications sont bonnes, mais pas assez citées ; leur « impact sur la recherche » n´est pas suffisant.
• Le recrutement est refusé.

6. Le même scénario se répète lorsqu´il essaie d´obtenir des crédits de recherche [institutions, organismes de financement]. La raison ?
• Ses résultats scientifiques n´ont pas eu un impact suffisant. Trop peu de chercheurs les ont lus, s´en sont inspirés et les ont cités.
• Financement refusé.

7. Il essaie alors d´écrire un livre.
• Les éditeurs refusent de le publier : « On n´en vendrait pas assez d´exemplaires ».
• Pourquoi ? Parce que trop peu d´universités ont suffisamment d´argent pour en payer le prix (leurs budgets d´achat sont limités par le coût annuel, sans cesse croissant, de leurs abonnements, droits et prêts).

8. Il essaie de mettre ses articles sur le Web, en accès libre, afin d´augmenter leur impact [visibilité]. Son éditeur menace de le poursuivre, ainsi que son fournisseur d´accès, pour violation du copyright.

9. Étonné et surpris, Il demande à son éditeur :
• « Qui le copyright est-il censé protéger ? »
• Son éditeur lui répond : « Vous ! »

Question !!!!!!!!!!!!!!

Qu´est-ce qui ne va pas dans cette histoire ?
• C’est la Crise de l’édition scientifique
• D’où l’Origine de l’Open Access

Deux fronts complémentaires

1 – Publication de documents scientifiques directement « Open Access » (la voie « d’or »), les revues rendent leurs articles directement et immédiatement accessibles à la publication. Ces publications s’appellent des « revues à accès ouvert» (« Open access journals »).
Voir DOAJ (http://www.doaj.org/ )
ou Open J-Gate (http://www.openj-gate.com/)

2 – Archives ouvertes (la voie « verte »)
– Thématiques (ArXiv, CogPrints, Pubmed…)
ou institutionnelles
– Plus de 1200 dans le monde. Interopérabilité
(voir http://www.opendoar.org/ )
– 68% des 418 éditeurs (dont les plus importants en taille) acceptent déjà l’auto-archivage sous une ou plusieurs formes (voir http://www.sherpa.ac.uk/romeo.php?stats=yes )

Open Access » à quoi

Le « Open Access » donne un accès libre en ligne aux ressources suivantes :
• 1. Livres (e.books)
• 2. Manuels scolaires et universitaires
• 3. Articles des Magazines
• 4. Journaux et revues en ligne
• 5. Musique
• 6. Vidéos
• 7. Logiciels libres
• 8. Connaissance scientifique et technique
• 9. Bases de données
• 10. Pre-prings et post-print , etc…

- Ouvrages de référence (dictionnaires, encyclopédies, annuaires, biographies, etc…)
A suivre

Emmanuel Tchoumkeu

Les ressources essentielles

Classé dans : Non classé — etchoumkeu @ 14:41

Savoir se documenter, c’est savoir où et comment trouver l’information. C’est également savoir poser les bonnes questions en temps opportun. C’est aussi savoir de quelle information on a besoin, savoir la lire, la comprendre, la critiquer, évaluer si elle répond à ses besoins, savoir la gérer et l’utiliser pour sa propre formation. C’est enfin disposer des ressources essentielles pour atteindre son objectif.
Ce site a l’intention de mettre à la disposition de ses visiteurs des Ressources essentielles relatives à divers domaines :
- concepts clés en méthodologie documentaire
- bases et fonctionnement de la bibliothéconomie
- la documentation (Concepts de base)
- l’archivistique (fondements, fonctionnement)
- accès à l’information en toute autonomie
- méthodologie de rédaction de la question documentaire
L’avancée fantastique de l’accès libre (Open access) à la littérature scientifique et technique sur Internet. « Par ‘accès libre’ à cette littérature, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet ». (Pour plus d’informations relatives au Open Access, Visiter le site http://www.soros.org/openaccess/fr/read.shtml)

Ce site intéressera tous les étudiants de l’enseignement supérieur universitaire et non universitaire, scientifique et technique, confrontés à un besoin d’information, à la nécessité de s’informer pour se former.

Emmanuel TCHOUMKEU
Conservateur de bibliothèques
Université de Ngaoundéré
Cameroun
e.mail : etchoumkeu@yahoo.fr

 

BUILDING CONCEPT |
OBJECTIFS |
Le cercle KPONHINTO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | picom
| etuinokia
| TEKETE LE GENIE FREE CONNEX...